Présentation de la ferme

Création et développement de la ferme par Sylviane et Alain

C’est un ancien moulin à huile abandonné depuis la première guerre, situé à La Tour sur Tinée (Alpes-Maritimes), quartier Le Claut.
Il y avait trois propriétaires dont un continuait à s’occuper de l’oliveraie.

Quand nous avons visité ce lieu, après deux ans de recherche, nous avons été de suite séduits par la majesté de la bâtisse et l’environnement. Le terrain autour n’était pas visible, ni accessible, plus de 70 ans de broussailles !

Nous achetons en novembre 1996. Il ne reste du moulin que le bassin avec la meule de pierre. C’était un moulin « à sang », un âne faisait tourner la meule.

A partir de là, nous avons retroussé nos manches et sommes devenus tour à tour bucherons, élagueurs, débroussailleurs… et avons eu la joie et l’émerveillement de découvrir, petit à petit, le contour et la forme des « restanques » fruits du dur labeur des anciens, les bassins de décantation du moulin, et puis toucher et respirer cette terre, restée vierge depuis plus de 60 ans !

Puis terrassiers, pour amener à la maison l’eau potable et l’eau agricole. Puis charpentiers, maçons, plombiers, électriciens, peintre, etc. pour rendre la maison habitable, l’aide de la famille et d’un maçon a été très précieuse dans ces exercices !

Nous avons déménagé dans notre maison en juillet 1997, des draps pendaient aux ouvertures en guise de fenêtres… la rénovation s’est achevée en 2010 !

L’alambic est arrivé en 1998. Conçu par Alain, mon mari, et fabriqué en inox médical par une petite entreprise de l’Aude. Notre première distillation, le Laurier Noble, tout un symbole !

Au fur et à mesure, on a restauré l’oliveraie, cultivé les terres et installé les plantes aromatiques : basilic, menthe poivrée, sauge sclarée, géranium rosat, thym à thujanol, fenouil, calendula pour les macérations solaires… Le bâtiment de la distillerie a été achevé.

situation de notre ferme

Dès 1997, nous avons obtenu le label AB et la mention « Nature et Progrès ».
De plus, nous avons intégré le Syndicat des SIMPLES pour son éthique et son cahier des charges qui sont une référence pour notre métier.

Création du GAEC avec Christophe et Magali

Dès novembre 2009, Alain a transmis son expérience et son savoir-faire à Christophe :

  • conduite des distillations (et du land sur les pistes de montagne et de garrigue !),
  • cueillettes : contacts avec les propriétaires, découverte des sites, gestion des milieux…
  • cultures : de la conversion de terrains boisés en terres cultivables, à l’irrigation…

 

Cet apprentissage concret et pratique de deux ans s’est progressivement transformé en travail commun efficace puis en passation de responsabilité le 1er octobre 2011 à la création officielle du GAEC.

La mise en commun des terres de chaque agriculteur associé, Sylviane et Christophe, porte à 5,5 ha la surface cultivée en bio.

En décembre 2011, 1200 pieds de rosiers centifolia ont été plantés principalement sur les terres de la Blancherie pour compléter les cultures existantes.

Dès le printemps 2010, un volet apiculture a vu le jour avec l’installation de ruches de type Warré sur les hauteurs de La Tour. Les difficultés actuelles n’ont pas épargné ce jeune cheptel mais une première récolte a fait le bonheur des Touriers au printemps 2012. Courage les abeilles, et merci !